Priorité d'« Ensemble » pour 2017 : rapprocher le PCF et JL Mélenchon

Il y a urgence : catastrophe écologique amorcée, casse sociale avérée et danger fasciste font du rapprochement du PCF et de JLMélenchon un impératif politique.

Théoriquement la chose est aisée : le PCF préfère se concentrer sur les législatives pendant que JL Mélenchon se focalise sur la présidentielle. Le programme politique est le même : l'humain d'abord mis à jour.

Il est des problèmes qui se présentent plus mal.

Pour autant, les comportements des uns et des autres révèlent des stratégies divergentes. Divergentes mais pas irréconciliables. Ces stratégies divergentes courrent dans la gauche antilibérale depuis 2005 et la victoire du NON.

Elles s'articulent sur la question de la prépondérance à gauche : entre celle qui s'accommode (ou recherche) la suprématie du PS et celle qui la lui conteste.

La mission unitaire s'organise autour de quelques idées fortes ( non exhaustives) :

1 - La présidentielle et les législatives constituent une même séquence politique, il faut une cohérence dans le temps et dans l'espace entre l'une et l'autre.

La situation de crise systémique, les luttes sociales écologiques ou démocratiques interdisent les candidatures de témoignage.

Les élections législatives ne sauraient être considérées et traitées comme une juxtaposition d'élections locales servant -in fine- à fortifier voire monnayer des petits rapports de force locaux.

2 - La démarche solitaire de candidature de JLMélenchon ne pose un problème qu'en apparence. Que souhaiterait-on ? Une discussion « programmatique » débouchant miraculeusement sur une candidature consensuelle. C'est le scénario servi au public et aux militants en 2012.

La réalité est toute autre : en coulisse, à l'insu des électeurs et des militants les discussions ont été une bataille de chiffonniers. Sordide au point d'en être une honte. En tout cas, pour ma part en 2012, j'ai eu honte.

Un indice : en 2012, alors que nous avions un programme partagé et un candidat commun, nous nous sommes déchirés pendant plus de 7 mois sur les investitures aux législatives ! Parce que les législatives servent d'étalonnage pour le financement public.

3- La situation de crise globale du modèle de société nous interdit d'édulcorer notre projet politique pour permettre aux retardataires de s'y inscrire. Ceux qui veulent une alternative politique doivent rejoindre la dynamique qui serait enclenchée par l'unité du PCF et JL Mélenchon. En tout état de cause ils doivent sortir du PS. S'ils y restent c'est parce qu'ils y mangent. Quoi d'autre peut encore les y retenir ? Rien.

Rabaisser nos ambitions ne les fera pas venir mais compromettra l'alternative politique.

Lors de notre assemblée générale « Ensemble » devrait prendre l'initiative pour l'union de toutes les forces politiques antilibérales à commencer par le PCF et JL Mélenchon. La méthode nous est familière : injecter du politique pour sortir par le haut.

Cette mission unitaire est d'une haute exigence politique.

 

Blog
Auteur: 
Christian Causse