A propos de Cologne

L’innommable a été commis à Cologne dans la nuit du 31 décembre. A Cologne et dans d’autres villes d’Allemagne : des agressions sexuelles, des viols, des vols. Et les victimes sont légion puisque 516 plaintes ont été déposées dont 40% pour des faits d’agressions sexuelles. Nous serons toujours solidaires des femmes victimes de violences et nous souhaitons ardemment que les agresseurs et violeurs soient retrouvés le plus rapidement possible pour répondre de leurs actes devant la justice.

Visiblement, ces forfaits ont été perpétrés en bande organisée, rappelant les mêmes actions organisées au Caire sur la place Tahrir, afin d’affaiblir la révolution égyptienne.

Des demandeurs d’asile feraient partie des agresseurs et violeurs. Cela ne nous fait pas plaisir mais la lutte contre les violences faites aux femmes ne se divise pas. Ils doivent être sanctionnés par la justice. 

Ceci dit, à la suite de ces exactions, Angela Merkel a été contrainte de durcir son discours vis-à-vis des réfugié-e-s. Et l’extrême droite allemande, Pegida en tête, s’en donne à cœur joie contre les réfugiés et la politique d’accueil d’Angela Merkel. 
Nous n’avons jamais vu l’extrême droite se préoccuper des violences faites aux femmes sauf quand ces violences sont le fait de migrants ou d’immigrés.

Les violences que subissent les femmes ne doivent pas être instrumentalisées à des fins racistes. Comme le disent les féministes allemandes : 
« Non à la violence contre les femmes, que ce soit à Cologne, à la fête de la bière ou dans la chambre à coucher ».

Collectif national pour les droits des femmes

 

Article