A propos de la position de Pierre LAURENT aux municipales de Paris

Le Front de Gauche est un ensemble de formations politiques, ouvert à des sensibilités diverses, il appartient à tous ceux qui s’en réclament et qui portent ses couleurs.

Je ne pense pas qu’il soit bon de le remettre en question ni d’envisager sa fin quelle que soit l’issue des dissensions avec certains leaders du Parti Communiste dont P. Laurent, qui ne représentent pas l’ensemble du Parti Communiste mais seulement  une fraction, probablement pas la plus nombreuse.

Le Front de Gauche est l’atout majeur permettant de fédérer des gens issus de courants parfois différents mais partageant un certain nombre d’aspirations et de valeurs communes.

La seule règle à ne pas transgresser me semble être le refus de toute alliance avec le parti dit socialiste

Je suis d’ailleurs surpris que le mot « Gauche » soit encore utilisé par les nôtres concernant ce parti, ça prête à confusion et ça me parait maladroit.

Que les partisans d’une telle alliance parlent du « rassemblement de toute la Gauche » est cohérent par rapport à leur démarche, une démarche quant à elle tout à fait incohérente, malhonnête ou qui traduit un état schizophrénique grave.

Parvenir à trouver des arguments pour justifier une alliance avec ceux qui mènent une politique contraire à celle que l’on est censé soutenir est indéfendable.

En quoi le parti dit socialiste incarne-t-il encore la gauche ?

Il ne s’agit donc pas du rassemblement de toute la Gauche, il me paraît important de le souligner et d’établir clairement cette distinction.

Quelles que soient les soubresauts et les changements de structure qu’il pourrait connaître, le Front de Gauche incarne le peuple et son combat face à l’injustice sociale croissante, il est voué à s’élargir.

Il n’y a aucune raison valable pour qu’il disparaisse, il appartient avant tout aux militants de toutes les formations qui le composent et il n’appartient pas aux dirigeants, quels qu’ils soient, de prendre la décision de le saborder.

Qu’il se refonde et se reforme, qu’il se sépare sans crainte et sans tergiverser des éléments qui le desservent, car là est la véritable attente de nombreux Français, majoritairement lassés des petites stratégies et des jeux politiciens.

Dans la mesure où le parti dit socialiste fait pire que Sarkozy dans bien des domaines, ce parti « social » libéral fait partie des règles que la grande bourgeoisie s’est donnée pour défendre ses intérêts.

Soit le libéral de droite soit le libéral de « gauche »

Ne mettons pas les pieds dans ces contradictions entre défenseurs du capitalisme.

Ne pas éclaircir, ne pas dénoncer fera forcément le jeu de l’un par rapport à l’autre et alors nous tombons dans la trappe avec lui.

Certains camarades, pensent que dénoncer et caractériser le parti dit socialiste comme un parti de trahison du peuple ne serait pas compris  des personnes qui croient encore en lui et qui votent pour lui.

Je pense quant à moi que c’est exactement le contraire.

Bien évidemment, cette dénonciation et cette caractérisation ne peuvent pas se faire sans explications et sans démonstrations portant sur des exemples concrets.

De toute façon, la vie va aller plus vite que nous

Prenons garde de ne pas ramer pour rattraper ce qui inmanquablement va se produire, le rejet pur et simple du parti dit socialiste.

Enfin ne laissons pas au Front national, l’exclusivité du démarquage net vis à vie du libéralisme de droite et du libéralisme de gauche.

Les deux pôles sur lesquels se portera le futur  choix des français seront le FN et le FDG

Michel B.

Blog
Auteur: 
Michel B.