Qui veut gagner des milliards ?

Le Medef peut applaudir Valls ! Celui-ci offre de nouveau des dizaines de milliards d’euros de baisse de cotisations sociales au patronat.

C’est un détournement légal d’une partie de nos salaires normalement destinée à notre protection sociale. Depuis plus de 20 ans, ces baisses de cotisations ne créent aucun emploi mais servent à augmenter les profits des actionnaires.

Malades, retraitéžežs, familles : l’austérité c’est maintenant.

Le gouvernement Valls-Hollande programme d’ici 2017 50 milliards d’euros de coupes budgétaires dans les dépenses de l’État, des collectivités territoriales de la protection sociale.        

Dès 2015, 21 milliards d’euros manqueront aux dépenses publiques, aux services publics.

Coupes budgétaires pour la branche famille avec la réduction de la prestation pour la naissance du deuxième enfant, la majoration des allocations familiales à 16 ans au lieu de 14, la disparition de la prévention dentaire dans les écoles…         

Au nom de « l’égalité », la réduction de la durée du congé parental des mères cache en réalité une mesure d’économie : il n’y aura pas de congé parental partagé avec une indemnisation si faible (de 145 euros à 390 euros mensuels), il y aura seulement des femmes avec un congé réduit.

Coupes budgétaires pour l’Hôpital public avec des fermetures de services, des regroupements d’établissements, de nouveaux manques de moyens et de personnels.

Coupes budgétaires pour les retraités avec le gel jusqu’en octobre 2015 de la pension et des mesures fiscales qui rendent imposables de nombreux/euses retraitéžežs ou augmentent l’impôt de beaucoup d’autres.

Depuis 20 ans, les « contre-réformes » libérales ont pourtant déjà massivement réduit les pensions.

Le gouvernement gèle l’ensemble des prestations sociales (retraite, famille, garde d’enfant, logement).

Contre l’austérité, un pacte de solidarité, vite !

Les conséquences de l’austérité sont graves. L’activité économique stagne, la misère explose. Pourtant, de l’argent pour la protection sociale, il y en a !

Chaque année ce sont des centaines de milliards d’euros d’aides publiques, des dizaines de milliards d’exonérations de cotisations qui sont données aux entreprises.

Les grandes banques, sauvées de la faillite avec de l’argent public en 2008, continuent à s’enrichir avec le remboursement des intérêts de la dette publique.

Faisons converger toutes les forces, qu’elles soient dans les associations, les syndicats, les partis progressistes, et toužtežs les citoyenžnežs qui, à gauche, s’opposent au gouvernement. Censurons l’austérité dans la rue !

Stoppons le pacte de responsabilité, arrêtons les coupes dans les dépenses publiques, créons des emplois dans les services publics :

- À l’Hôpital public, arrêt immédiat de toutes les restructurations.

- Pour avancer vers l’égalité réelle, un véritable service public de la petite enfance pour toužtežs.

- Pour les retraitéžežs, fin du gel des pensions et abrogation des mesures fiscales régressives, rattrapage immédiat des pertes accumulées.

contact@ensemble-fdg.org l 20 rue Chaudron 75010 Paris l www.ensemble-fdg.org

Tract Ensemble de début octobre 2014. Téléchargeable ici : 

www.ensemble-fdg.org/content/tract-ensemble-qui-veut-gagner-des-milliards

Article