Rencontre de REPORTERRE - L’écologie au cœur de la reconstruction politique

Lundi 6 octobre 2014, à 20h au Théâtre Déjazet (Paris 10e).

Les élections municipales et européennes semblent déjà loin. Mais le raz-de-marée généré en mars dernier par l’abstention massive et la montée du Front national continue de secouer un système politique malade.

Le parti d’extrême-droite surfe sur le délabrement de l’UMP et la déliquescence du Parti socialiste. Celui-ci est déchiré par la politique néo-libérale de ceux qu’il a portés au gouvernement. Les forces de gauche peinent à sortir la tête de l’eau, tandis que l’écologie a perdu son cap.

Une lame porteuse d’espoir se meut en profondeur

Pourtant, une lame porteuse d’espoir se meut en profondeur. Les mouvements de gauche écologistes et de gauche hors PS ont réuni près de 20 % des suffrages exprimés. Quant aux abstentionnistes, ce sont des électeurs qui refusent un jeu auquel ils ne croient plus. Nombre de citoyens réclament l’émergence d’une nouvelle force, qui puisse se substituer à un PS qui a trahi ses promesses.

Et sur le terrain, des alliances politiques originales se font jour avec succès, comme à Grenoble, tandis que des milliers d’expériences alternatives menées aux quatre coins du pays par des personnes ou des groupes témoignent de la vitalité profonde de la société.

Unifier les mouvements épars

Il reste à faire s’épanouir la force transformatrice de ces mouvements épars et à transmettre leur énergie au niveau politique national, incontournable pour orienter dans le bon sens l’ensemble du pays. Cela doit se traduire par une coopération accrue entre les mouvements d’abord préoccupés d’écologie et ceux qui sont enracinés dans le souci de justice sociale.

 

Les uns et les autres, d’ailleurs, ont ensemencé leurs cultures respectives et partagent de plus en plus d’idées communes. Militants de partis politiques ou de collectifs citoyens, ils ne se retrouvent plus dans le discours néo-libéral, productiviste et répressif du gouvernement.

Une Rencontre exceptionnelle pour travailler ensemble

Afin d’amorcer cette coopération, Reporterre invite des représentants de ces différents courants à se rencontrer le lundi 6 octobre prochain. Il ne s’agit pas de créer un nouveau parti, ni de produire un énième manifeste, mais de réfléchir et de débattre sans langue de bois ni enjeux tacticiens afin de dégager des positions communes et d’avancer vers le consensus. Il y a urgence à travailler ensemble.

Hors de l’empoignade politicienne, espérant surmonter le poids des egos, cette Rencontre veut être un premier forum de discussion et un espace porteur d’espoir et d’optimisme.

Indépendant et non partisan, Reporterre accompagnera les débats, à travers la couverture médiatique et l’animation de l’événement. Nous souhaitons ainsi apporter notre pierre à l’édifice pour sortir le système politique de l’impasse économique et sécuritaire dans laquelle il est engagé.

Élaborer ensemble la discussion

Mais les citoyens, vous, serez aussi les acteurs de la Rencontre : il nous faut ré-intervenir en politique, ne pas la laisser aux élu(e)s et porte-paroles, se contenter d’écouter pour approuver ou désapprouver. Au contraire, une dynamique de dialogue et d’interpellation est nécessaire, et que chacun(e) s’engage dans la délibération.

Car il faut que ceux et celles qui ambitionnent de porter temporairement la responsabilité d’appliquer les décisions collectives entendent et discutent réellement avec les membres de la Cité commune.

Dès maintenant, envoyez idées, questions, souhaits qui formeront la base de la discussion de cette soirée : en écrivant à rencontres (arobase) reporterre.net

Et durant la Rencontre elle-même, un autre mode d’expression collective sera organisé.

Article