Se mobiliser pour les échéances de 2022

Crédit photo: 
Wikimedia Commons / Rémi Noyon

 

 

Face à la droitisation et l’extrême-droitisation du paysage politique et médiatique, un sursaut est nécessaire pour empêcher un désastre. Un désastre pour nos valeurs communes, pour l’égalité des droits, la liberté de dire et d’agir, la solidarité universelle.

Il y a une attente dans le pays, qui s’exprime dans plusieurs projets de gauche et écologistes, mais aussi dans les mobilisations sociales depuis des années, dans les collectifs syndicaux et associatifs comme Plus jamais ça, et les mouvements féministes.

Il y a une attente d’action prioritaire pour enrayer le dérèglement climatique et l’affaissement de la biodiversité, menaçant le développement humain en interaction avec toutes les formes de vie.

Il y a une attente de justice sociale, de reprise du pouvoir sur l’économie par une hausse des salaires individuels et socialisés (Sécurité sociale universelle), et contre la confiscation des richesses par les riches et les multinationales prédatrices.

Il y a une grande attente de démocratie, d’initiatives et d’inventions citoyennes, dans une perspective d’autogestion sociale et solidaire, écologique, et territoriale, et pour la santé publique. Il y a un rejet du système monarchique de la 5ème République dont E. Macron a amplifié tous les traits autoritaires et méprisants, et qui aboutit à une sécession de la vie politique parmi les jeunes, les quartiers, les personnes éloignées de la république sociale attendue.

Il y a une exigence d’égalité, entre femmes et hommes, entre êtres humains d’où qu’ils et elles viennent, contre les violences du patriarcat et des hiérarchies sociales, contre une chasse au faciès et aux papiers des étrangers en migration, en quête d’espoirs nouveaux face au dérèglement du monde.

Des débats publics pluralistes à gauche et écologistes auraient été un progrès pour mobiliser.

Dans cette situation, les militant.es d'ENSEMBLE ! ont des positions différentes s’agissant de la présidentielle :

- Des camarades participent à la Primaire populaire, où ils défendent une clarification des projets sur lesquels le rassemblement est possible, après le bilan désastreux du quinquennat Hollande. Ces camarades considèrent que la participation à cette consultation citoyenne, qui tente de répondre à l'exigence unitaire, peut aider à légitimer une candidature commune des gauches et des écologistes et à la mobilisation populaire.

- D’autres ont fait le choix de s’engager d’ores et déjà dans la campagne de Jean-Luc Mélenchon, en tête dans les sondages à gauche, candidature d’une gauche radicale distincte de la gauche modérée représentée par Hidalgo, Jadot ou Taubira  et dont le programme leur semble le mieux correspondre aux urgences de la situation.

Article