Succès pour la première réunion publique d’Ensemble 75

14 MAI – « ATHENES PARIS DE LA RESISTANCE A L’ALTERNATIVE »

Préparée en deux semaines, sur invitations, annonces dans les réseaux et affichettes, ce fut une belle première pour Ensemble Paris. Une centaine de participants pour débattre de l’Europe à l’heure de la résistance du peuple grec. L’objectif, dresser certes le constat des dégâts des politiques libérales – « sociales » ou pas, mais surtout de donner du sens à ce qui se joue en pratique dans les combats quotidiens en Grèce. Car dans les solidarités, dans les solutions d’urgence, ce sont les capacités créatives et inventives du peuple que l’on voit percer. Après Marie-Pierre Toubhans, porte-parole nationale d’Ensemble qui a expliqué le sens que notre mouvement donne à la campagne européenne du Front de gauche, nos deux camarades de Syriza ont largement animé la soirée. D’abord la voix d’ Anastassia Politi portant plusieurs témoignages, nets, souvant émouvants, en disant beaucoup plus que bien des discours généraux. « La Grèce va mieux, les Grecs moins bien » lisait-on dans un quotidien français, et l’on comprend mieux que ce n’est pas « la Grèce » mais les libéraux qui vont mieux, pas le peuple. Emmanuel Kosadinos, revenant sur la dynamique de Syriza, a bien montré comment se développait, avec des difficultés certes mais de manière constante, une force alternative proposant des solutions politiques, agissant face aux institutions en lien – pour les renforcer et les soutenir – avec les mouvements sociaux

Le débat qui aurait pu se prolonger au délà de l’heure de fermeture. Syriza peut-elle venir au pouvoir ? comment ? Quels écueils ? Une approche aussi des résistances multisectorielles avec des pratiques concrètes répondant aux problèmes du quotidien : santé, éducation, ravitaillement, culture ; mobilisations, auto-organisation, autogestion. Les solutions issues des résistances valent bien plus que celles des « décideurs » avec leurs routines et conservatismes. Bien évidemment l’exemple de Syriza  montre qu’il est possible de fédérer dans une dynamique politique des forces d’origine diverse (quel bel exemple pour construire un Front de gauche dynamique et rassembleur), et que l’existence d’une force politique ayant un projet de rupture avec le système est nécessaire pour donner un sens aux luttes en cours.

Une bien belle soirée, et ce n’est que la première pour Ensemble 75.

Robi Morder

Article