Un-e doctorant-e frappé-e et c’est toute la recherche qui saigne

Le mardi 21 janvier, en soirée, à proximité du musée de l’homme, la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR), Frédérique Vidal, devait présenter ses « vœux » à l’ESR.

Pas des vœux de réussite professionnelle, pour sûr, puisque la loi LPPR promet une aggravation de la précarité étudiante et enseignante dès l’année prochaine.

Pas des vœux de bonne santé non plus, puisque la police, présente en nombre pour intimider les personnels de l’ESR venus démasquer l’imposture de Frédéric Vidal, ont eu droit à une répression en bonne et due forme, à coup de tonfa, d’intimidation, bref, de répression.

Blessé à la tête par les policiers, un-e manifestant-e s’est saisi su mégaphone pour lancer : « Tout le monde veut la retraite de flics » ! Comme il a raison !

« flics : forces de la répression » pourra-t-on bientôt lire dans les dicos.

Hors des manifs, hors des rassemblements, hors des piquets de grève, hors du quotidien ! Assez d’intrusions armées de ces bandes couvertes par une loi extensible à souhait pour les protéger !

La répression ne saura être une réponse politique à la situation inédite que le pays connaît : seule la clique au pouvoir fait mine de l’ignorer ! Les chercheurs-euses matraqué-e-s, les journalistes emprisonné-e-s, les manifestant-e-s nassé-e-s, les jeunes agenouillé-e-s, cheminot-e-s criminalisé-e-s, enseignant-e-s pointé-e-s du doigt, chômeurs et chômeuses traqué-e-s, tout le monde le sait alors que ce gouvernement fuit en avant.

Frédérique Vidal, dans l'indignité et la brutalité, a pu pronocer ses voeux pour la recherche.

A nous de nous mobiliser, syndicalement, politiquement, tous et toutes ensemble, pour enrayer ses voeux de libéralisation à outrance de l'ESR.

Blog
Auteur: 
Vincent Bollenot